page contents

 

UN NOUVEAU PRODUIT DE MENUISERIE POUR ATELIERS PROTEGES 

 

MY LAST HOME : L’ÉTAGÈRE-CERCUEIL PRATIQUE – ÉCONOMIQUE – ÉCOLOGIQUE – PERSONNALISABLE

 

Un cercueil avant l’heure, c’est une étagère…

A priori, tout le monde y passera un moment plus ou moins long, dans un cercueil…


« My last home » permet d’acheter son cercueil de son vivant, de l’utiliser comme étagère, et d’éviter ainsi à ses proches de devoir, dans l’urgence, choisir une « dernière demeure » en se demandant que choisir comme modèle, genre de bois, vernis et poignées dorées ou pas, le tout coûtant souvent, quoi qu’il arrive, « un bras » !

En matière de développement durable, « My last home » est exemplaire. Objet utile et utilisable durablement, fabriqué localement dans des ateliers protégés / entreprises solidaires, en matériaux naturels et biodégradables, sans oublier que chaque modèle peut être personnalisé selon votre volonté par des dessins, dédicaces, messages, photos, etc.

Les étagères-cercueils permettent de :

  • prolonger la durée de vie de son cercueil => pouvoir y ranger des objets précieux ou pas avant de s’y ranger soi-même

  • avoir un rôle actif dans le choix de sa « dernière demeure »

  • décharger ses proches du choix d’un modèle, de  devoir négocier entre eux, se poser la question de l’image qu’ils donneront aux autres par ce choix, etc.

  • personnaliser l’objet à volonté

  • désacraliser sa mort, en parler ouvertement à son entourage, faire part de ses désirs

  • ne pas trop dépenser pour son cercueil / faire quelques économies

  • pouvoir privilégier des matériaux écologiques / développement durable​​​

  • ​donner du travail à des ateliers protégés locaux

  • ou même fabriquer soi-même son étagère-cercueil de A à Z (plans de coupes avec dimensions prochainement à disposition sur ce site)

Offre aux ateliers protégés / entreprises solidaires

Ce concept de nouveau produit est mis à disposition des ateliers protégés qui désirent le commercialiser, comme ils l’entendent, aux prix qu’ils fixent selon leurs impératifs, cela à leur propre compte, et à leur bénéfice exclusif.

En le faisant, les ateliers acceptent de verser une contribution aux frais de développement du concept, d’un montant de 15 francs suisses, Euros ou dollars par pièce vendue.

Ces entreprises figureront sur ce site à la page Ateliers, qui redirigera les personnes intéressées à une page dédiée sur leur site propre – voir exemple de la Fondation Le Relais.

Les ateliers peuvent, selon leurs équipements, proposer des option de peinture, décoration peinture et/ou d’aménagement intérieur, ou des urnes pour les cendres.

A noter que, par simplification, il est convenu que l’objet vendu est une étagère en bois, l’utilisation dans quelques dizaines d’années comme cercueil ne pouvant être formellement assurée.

 

Etapes pratiques pour l’atelier :

  • acceptation du concept au niveau de la direction,
  • calcul de prix,
  • construction d’un prototype,
  • validation du prototype par le centre funéraire régional (voir exemples),
  • mise en place d’une page internet « étagère – cercueil » sur le site de l’atelier, avec prix et mode de commande,
  • communication de l’adresse de la page à My last home, avec engagement à verser la royaltie,
  • communication spécifique par l’atelier à son public proche,
  • vérification / adaptation du contrat de vente,
  • prise de commande, facturation et livraison comme usuel pour l’atelier.

(presque) Personne n’en voudra

La mort touche forcément à l’intime, le sujet est souvent tabou, et ce nouveau produit s’adresse à des personnes vivantes !

Aucune étude marché peut certifier le nombre de personnes pouvant être intéressées par ce concept, mais une estimation de 1 % de la population âgée de 25 à 80 ans semble plausible.

Contact : kyril {at} my-last-home.ch

Normes suisses

Aucune norme précise concernant les cercueils n’existe en Suisse. 

Les recommandations suivantes doivent néanmoins être respectées.

Normes françaises 

Lire le décret no 2018-966 du 8.11.2018 relatif aux cercueils

et consulter le dossier de la DG CCRF sur les prestations funéraires